Qui suis je ?

images.jpg

Que dire ?

Difficile mais pas insurmontable.

Nous savons tous qui nous sommes, si nous cherchons un peu.

Nous avons tous un chemin à suivre, une route à parcourir….

Pour apprendre encore et encore, pour savoir, pour reconnaitre, pour se connaitre et se reconnaitre.

Difficile de croire que nous sommes que peu de choses, que nous ne faisons pas partie d’un tout.

L’univers est vaste, la quête difficile… L’amour pur encore plus.

Alors je cherche, encore et encore… On m’a ouvert les yeux sur un monde plus vaste, plus aimant, plus lumineux, plus ouvert. 

Alors je me questionne, sur le pourquoi du comment, sur ce que je suis, sur qui je suis… Réellement.  

Le feu et la glace

Le feu et la glace dans Ce que je me... questionne 546655_278526958905913_164152583676685_615925_639447135_n-300x196

On se dit parfois qu’il est difficile de se lier aux autres…
On est parfois feu, parfois glace…
On oublie souvent qu’un rien nous relie…
Et quel rien… Ce vide si remplie entre nous…
Si seulement ce vide si plein de tout ce que l’on ne voit pas, nous était révélé à chacun…
Si seulement nous nous rendions compte qu’il faut si peu de chose, d’énergie, de volonté pour vouloir se toucher.
Sentir la chaleur humaine fait-elle vibrer notre âme ?
Se coller l’un l’autre, peau contre peau, est-elle une fin en soi ?
Y’a t-il réellement un lien entre deux êtres ? Un millier d’être ? Un million ?
Peut-on dire à chacun des êtres qui nous attire : tu es mon âme soeur  et ne pas le penser ou tellement le penser que ce lien devient une banalité ?
Ce lien peut parfois être tout pour certain, parfois rien pour d’autre.
Il existe quand deux êtres y croient, mais si l’un fléchit, ce lien perdure t-il ?
Surement pas… Pas pour moi…
J’ai cru à ce lien indéfectible. Mais j’étais la seule à y croire. La seule à croire que le mot âme sœur n’était pas un mot à la légère… Quelle idiote ! N’est pas son âme soeur qui simplement le dit…
Je n’aurais plus la faiblesse de croire en l’autre, mais la force de croire en moi. 

Réveil difficile

Ce matin, je me réveille.
Vous me direz rien d’exceptionnel, c’est certain…
J’ai du mal à émerger, à me sortir du lit…
Un palan serait sans doute le bienvenu au cadeau de Noël…

J’ai une boule au ventre… Une boule qui ne passe pas, résidu des cauchemars de ma nuit…
J’arrive enfin à me lever…
Enfin…
Le mot est faible tant il m’est difficile de le faire ce matin… Mes pensées sont vides, mon corps est fatigué, engourdi, meurtri…
J’ai du me battre toute la nuit… J’en sourie à la pensée de Xena la guerrière…
Et là, je me rends compte que le téléphone a sonné, plusieurs fois…

Les nouvelles sont mauvaises, les résultats sont au plus bas…
J’affiche un sourire sur mes lèvres…
Je m’en tape…
On meurt tous un jour, et chaque jour est un bon jour pour mourir...

Prendre la bonne décision.

Prendre la bonne décision.  dans Ce que je me... questionne 422585_307826089283275_204743842924834_828369_1119332530_n-300x222

Comment prendre la bonne décision ?
Sur son avenir…
Réfléchir…
Changer d’horizon ?
Nouveau boulot ou non ?
Rester jusqu’à la fin ou partir avant que tout soit au fond du fond ?

Parfois, réfléchir à du bon.
Parfois non.
Se dire qu’on est capable.
Se dire qu’on peut le faire.
Tout laisser ? Derrière soi ?
Abandon ou nouveau départ ?
Quelques jours encore…
Pour se poser la question.
Et prendre la bonne décision.

Elle…

Son regard vert posé sur moi.
Elle est là, fine, amaigrie, fatiguée.
Mais je sens toute la force qu’elle a envie de me donner.
Elle me regarde, sourire discret.
Elle se bat.
Nous en avons parlé.
Elle l’a enfin décidé.
Elle me raconte ses moments de doutes.
Sa souffrance à demi mots avouée.
Elle parle, rit, sourit…
Comme si la vie revenait.
Elle va se battre, et vaincre.
Il ne peut en être autrement.
Je suis à nouveau à ses côtés…
Moment d’égarements vite oubliés.
Nous avons fait table rase de toute contrariété.
De ce passé où mon absence l’a touché de plein fouet.

Il faut qu’elle sache que je suis là, pour elle.
A jamais.
Ici, demain, dans une autre vie.
Elle fait partie de moi.
Ma petite sœur, ma chair, mon petit bout de moi.
Ces quelques jours de retrouvailles.
Ces heures de larmes et de joie.

Son regard est posé sur moi.
Et depuis plus longtemps, elle sourit.
A la vie.

Et crever le silence

Ne s’en remettre qu’à soi…
Et non à ceux qui jubilent,
Encore moins à ceux approuvent,
En silence…

J’ai tout envoyé valsé,
Tout supprimé, tout vidé,
Tout explosé…
En silence…

De moi, il ne reste que le silence, les autres, je m’en fous…
J’avais ouvert ma porte, j’avais ouvert mon cœur…
Je referme tout.
En silence…

Les vagues, ce n’est pas pour moi, je leur laisse…
J’en ai laissé à regret, ils n’y étaient pour rien…
Dommage collatéral d’une bouffonnerie de théâtre qui n’a que trop durée…
En silence…

Je garde mes amis, les vrais…
Ma famille, celle du sang, la vraie.
Je les ai trop longtemps délaissés…
En silence…

Le silence est à enfin crevé.
Mes sœurs à mes côtés.
Toutes. Les quatre à nouveau réunies.
Sans silence.

 

Et si pour une fois…


Et si pour une fois,
J’envoyais tout valser.

Danser,
Exploser…
Si pour une fois, je ne pensais qu’à moi.
Si je faisais le vide de parasites, de négatif…
Si je ne dépensais plus mon énergie pour des non-dits, des on a dit, des qui a dit.
Des mots, des interprétations, des déformations, de la jalousie, de l’incompréhension.

Une partie de la nuit, le nez dans les étoiles.
Juste laisser ma pensée vagabonder et réfléchir.
Et ce matin, les pensées ont fait du chemin….
Décision prise, irrévocable, inaliénable.
Et ça commence, maintenant.

THE END !

Chemin de vie : Les 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

1- Que votre parole soit impeccable.
Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez.
N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui.
2- Quoiqu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle.
Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leur rêve.
Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.
3- Ne faites pas de suppositions.
Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs.
Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.
4- Faites toujours de votre mieux.
Votre « mieux » change d’instant en instant.
Quelles que soient les circonstances faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger,
de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.

Tu ne seras bientôt plus là

Tu ne seras bientôt plus là dans Ce que je ... poetise 113803683646

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu as toujours été dans ma vie.
Toi ma petite sœur, mon sang, mon amie…
Tu ne seras bientôt plus là.
Le crabe qui te ronge, trouble mon émoi.
Ta vie est suspendue depuis 3 ans.
Guerrière et solitaire face à ce mal qui te détruit
Souvent mes larmes coulent sans trop savoir pourquoi.
Peut-être un trop plein d’amour que je n’ose te dire parfois
.

Ma petite sœur, mon ange,
Je sais qu’un jour il sera temps,
Te dire combien je t’aime dans un déchirement.
Je maudis déjà ce jour que j’exècre.
On a beau être préparé, mais le mal reste.
Bats toi encore pour toi, pour moi, pour nous.
Tes conneries en rafale me manqueraient trop.
Ton sourire espiègle et ta mauvaise foi sans doute.
Mais c’est avant tout toi, qui me manquerait entre toute.

Ces quelques mots posés pendant la nuit.
Juste pour te dire à quel point je te chérie.
Ma petite sœur, je ne peux me résoudre,
A te dire au revoir et attendre mon tour.
Pour enfin te retrouver et te serrer dans mes bras.
Alors, penses à nous, et simplement ne baisse pas les bras.
La maladie est là mais la mort peut-être encore loin.
Il n’est pas venu le temps encore que tu sortes du chemin.
Je maudis à jamais les médecins et la chimio.
Je maudis pour toujours ce qu’il se passe sous ta peau.

Juste ces derniers mots, mon ange pour te dire.
Que à jamais tu restes dans mon sang, mon cœur et ma vie.
Tu es une de celle qui m’a vu naître.
Et je serais de celle qui empêchera de toutes ses forces, ta perte.
Je t’aime plus que tout comme on aime un bout de soi.
Et ce soir, j’ai envie de crier mon émoi.
Te dire que quoiqu’il se passe, tu restes ma petite sœur.
Et que bientôt, de tout cela, tu sortiras vainqueur.

Se regarder en face…

Se regarder en face...  dans Ce que je me... questionne maya-282x300

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ça ne vous arrive jamais de vous lever le matin et de vous dire : qui suis je ?
Sait-on vraiment qui nous sommes dans ce bas monde ?
Avons nous la certitude d’être nous-même ?
Si nous sommes régis par les lois, les codes, le bien pensant, la mondialisation, la consommation, l’argent… Pouvons nous être nous même ?
Si on arrivait à décrocher notre visage et à nous regarder sans miroir, est ce que nous nous reconnaitrions ?
Se regarder en face, est-ce simplement se prendre pour narcisse, ou regarder à l’intérieur de soi ?
Et si cette introspection est possible ? Que voyons nous ? Nous ? L’image que nous avons de nous ? L’image que les autres ont de nous ?
Je n’arrive pas encore à me dire : JE ME CONNAIS. Simplement parce que c’est le cas. Je ne suis qu’une partie de moi-même. L’être que je suis à l’intérieur de moi, ne m’a pas totalement été révélé. Pas encore.
Je me suis longtemps posé la question de savoir qui j’avais été et qui je serais dans le futur.
Ce que je ne savais pas c’est que j’étais juste moi… A travers le temps, l’espace, les dimensions, les errances, je ne suis que moi.
Moi, cette petite voix à l’intérieur de moi qui a tout traversé… Moi. Ce pronom si narcissique mais si véridique.
Moi, moi intérieur, moi âme, moi simplement.
Et je me regarde enfin en face…

Deux coeurs. Une seule âme. Un seul destin. Et si nous ne formions enfin qu’un.

Deux coeurs. Une seule âme. Un seul destin. Et si nous ne formions enfin qu'un.  dans Ce que j'aime 418698_297096243722205_1157261843_n

 


123456

Ce que je suis

Flying_Brain_by_Pixelnase

A ceux qui passent…

Sans doute, vous êtes vous perdus... Sans doute, errez vous sur la toile sans but... A la recherche de votre âme soeur, d'une écoute, d'une reconnaissance. Parce qu'être sur le net, c'est dans le vent, c'est être "In". La toile est un merveilleux mélange de paumés, d'utopistes, de faussaires des sentiments... Alors si vous vous arretez ici pour lire, ne soyez pas condésentants. Je ne le serais pas moi-même.

Ce que j’autorise

Conformément au code de la propriété intellectuelle, il est interdit d'utiliser, de reproduire, de représenter, de modifier, d'adapter, de traduire ou de copier l'un des quelconques éléments ou articles personnels publiés sur ce blog poétique de façon intégrale ou partielle sur quelques supports que ce soit, sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur.

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Ce que je pagine…


journal d'une folle |
Un oiseau sans cage |
Anti-femmes enceintes! La v... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNE HISTOIRE
| la révolution arabe
| TOUT EST Là !!!!!